Humeurs du 7 août…

Pets du matin, journée pleine d’entrain. Excusez moi mais le couchage dans un dortoir à 8 gars a réveillé mes souvenirs d’internat !
Ce matin, levé de bonheur, l’intérêt d’être un peu plus vieux en auberge de jeunesse, c’est que le matin on a la salle de bain et la cuisine rien qu’à soi. Des têtes émergent petit à petit mais on sent que la soirée a été difficile pour certains voire certaines.
Je me prépare rapidement et pars à la découverte de la rue Ste Catherine tant vantée par ma copine Corinne. Le temps est de la partie
DSC02335
et je décide de me lancer un challenge insensé : prendre en photo une voiture française ! À suivre… En sortant du métro, je me retrouve plongé dans un environnement très nord américain : d’immenses buildings,
DSC02368
des rues d’une largeur démesurée et des sociétés bananiéres…
DSC02339
Je visite la cathédrale Christ Church, magnifique monument doté de grandes orgues comme je n’en avais encore jamais vu. La flèche qui orne le haut de la cathédrale n’est pas en pierre mais en aluminium pour arrêter qu’elle s’enfonce dans le sol à cause de son poids.
DSC02341
Juste avant la zone piétonnière de la rue Ste Catherine, vous trouverez des TWP (Toilet With Paper, copyright Fred) propres, spacieuses et calmes à cette adresse.
DSC02353
C’est un immense bâtiment de 5 étages où je me suis promené sans croiser personne. J’en ai ramené quelques photos un peu décalées.
DSC02352 DSC02350 DSC02349
Je décide d’aller visiter le MAC (la classe, non ?), le musée d’art contemporain. La fontaine devant le musée me donne un avant goût des Niagara falls…
DSC02359
L’entrée est à 14$, prix tout à fait raisonnable. La visite est un peu déroutante, pas de fléchage, de sens de visite et en un peu plus d’une demie heure, la visite est terminée ! Certaines oeuvres valent vraiment la peine d’être vues : l’orchestre liquéfié par la température
DSC02363
et surtout la salle aux 300 lampes
DSC02360
C’est une salle où sont fixées deux barres en cuivre que l’on doit prendre à pleines mains. La lumière et le son grave qui emplit la salle se synchronisent sur notre rythme cardiaque. Arrivé tôt à l’ouverture, j’étais tout seul dans cette immense salle et j’ai vraiment eu limpression de faire corps avec la salle et tout son univers.
J’ai toujours pensé que la femme avait une endurance sexuelle bien supérieure aux hommes. De sérieuses études canadiennes tendent à le prouver !
DSC02357
C’est pourquoi elle a le temps de recycler ce qui lui sert de passe-temps : sa planche à repasser !!
DSC02365
Un peu déçu par le MAC, visite trop rapide même si ce que j’y ai vu m’a beaucoup plu.
Je continue ma ballade et tombe sur le premier bureau échangiste de Montréal à moins que je n’ai pas tout compris, étonnant non ?
DSC02340
Les rues de Montréal sont pleines de musiciens ou des spectacles de rue : là des musiciens classiques qui nous montrent leur virtuosité,
là un animal préhistorique échappé des catacombes de la cathédrale…
DSC02370 DSC02367
Je décide d’aller manger une poutine dans la ville souterraine de Montréal. Des dédales de boutiques, de restaurants sous ume lumière artificielle et agressive, décidément je dois être un peu claustrophobe. Pour résumer la poutine, ce n’est pas très bon ! Des frites bien grasses, des cubes de fromage (où sont les 300 fromages annoncés ?), une sauce à viande un peu sucrée, ça calle un coin mais ce n’est vraiment pas la panacée.
Je décide d’aller escalader le Mont Royal pour faire couler tout ça et contempler Montréal d’en haut. En marchant en bord de forêt, je vois d’énormes écureuils pas du tout farouches. Il y en a même un qui vient jusqu’à mon sac à dos pour sentir si je n’ai pas de la nourriture !
Intermède : je n’ai toujours pas vu de voitures françaises…
Je reprends le métro pour retourner chez Jean, je dois transporter 2 soeurs qui vont aussi à Québec, le départ étant prévu vers 16H00. Caroline (comme la soeur de Sandrine) et Lucie (comme la demi-soeur de Charlotte et Julie, à mon age j’ai besoin de moyens mnémotechniques) me disent de prendre mon temps car j’ai besoin de me reposer après la petite nuit que j’ai passée. Je m’endors et le téléphone de l’auberge me réveille exactement pour partir. Après des adieux plein d’émotions, nous quittons notre auberge espagnole pour de nouveaux horizons.
Au bout d’une heure, nous n’avons toujours pas quitté Montréal, nous sommes pris dans une circulation du diable. La route à trois nous parait moins longue surtout en nous racontant des histoires pour rire : Caro en raconte une vraie.
C’est une copine à elle qui croise une personne dans une auberge de jeunesse. La personne lui dit : « I am Eric » et sa copine répond : Moi France… Visiblement quelques problèmes d’audition…!
Les limitations à 100 km/h rallongent considérablement les trajets, à 21H00 nous sommes devant mon auberge de jeunesse, le patron allait partir, je ne sais pas vraiment où j’aurais été coucher…Les filles, sympas, viennent m aider à faire mon lit pour que nous puissions rapidement repartir car nous ne sommes pas à la même auberge de jeunesse. Et c’est là que l’imprévu reprend tout son sens.
Mais avant, je veux terminer par un coup de gueule : je n’ai vu de toute la journée et même sur la route aucune voiture française. Nos cousins québécois nous auraient-ils donc oublié ? Ou bien tout simplement sommes nous incapables d’adapter des automobiles à d’autres marchés que le nôtre ? Franchement, c’est inquiétant pour nous…
Une jolie histoire pour finir la soirée : comment faire 50m en 50mn.
Revenons à nos moutons : nous laissons Caro programmer le GPS et nous partons de mon auberge pour la dernière étape. Le GPS nous indique 20mn, c’est parti pour un tour. Nous roulons sur l’autoroute, prenons deux bretelles qu’il ne fallait pas prendre et arrivons dans une zone pavillonnaire où les motels bizarres côtoient les bars de nuit aux danseuses nues. Un peu déçues les filles surtout après avoir vu où était placée mon auberge ! Par contre, impossible de trouver une auberge de jeunesse malgré nos demandes insistantes à la peuplade locale. Je sens une certaine tension entre les 2 soeurs et je regarde pour reprogrammer le GPS. Je m’apercois que, comme souvent au Canada, il y a plein de rue St François !!! St François, St François Est, St François Ouest. Caro appelle leur auberge en espérant qu’elle ne soit pas fermée et nous reprenons la route exactement en sens inverse. Étonnant non ?
À 22H00, nous arrivons et je me gare juste devant leur auberge…qui fait l’angle avec la mienne. Il faut le voir pour le croire !
IMG_20140808_144836
Nous éclatons de rire malgré l’heure tardive et quand nous racontons ça au responsable de l’auberge, il doit se dire que ces français sont quand même un peu bizarre. Je les aide à transporter leurs affaires et nous décidons d’aller boire un coup pour fêter ça. Après quelques errements dans Québec, nous tombons sur un pub qui fabrique ses propres bières (excellentes d’ailleurs) et qui propose quelques plats dont…la poutine que je remange, malgré tout, pour la deuxième fois de la journée !
IMG_20140808_045727IMG_20140808_045806
Nous faisons quelques parties de baby-foot en enrôlant un canadien pour faire le 4eme. La France gagne haut la main contre le Canada.
Vers 1H00 du mat, la fatigue nous tombe dessus et nous décidons de partir. Lucie insiste bien auprès de sa sœur qu’elle lui a bien donné les clés avant de partir de l’auberge. Caro vide entièrement son sac a main : j’ai toujours été impressionné par la charge utile d’un sac à main féminin, quand y en a plus y en a encore !! Des clés, nada par contre les smarties se répandent sur la table et par terre. Impossible de rentrer à l’auberge sans les clés. Lucie part voir à l’intérieur du bar, le canadien du baby-foot, avec la lampe de son portable rampe sous le baby-foot pour voir si elles ne seraient pas là. Je demande à Caro si elle a bien vidé aussi ses poches de pantalon. La situation est de moins en moins cocasse mais Lucie en passant sa main sur la poche arrière du pantalon de sa sœur fait une découverte qui va changer le cours de leur nuit ! Nous pouvons enfin partir nous coucher, demain sera un autre jour…

One Response to “Humeurs du 7 août…”

  1. JMBi dit :

    Et une rue St François Desmelenski… c’est possible ???

Leave a Reply

affichez les images pour voir l'antispam *