Réflexions canadiennes

Difficile d’écrire régulièrement quand on a un emploi du temps aussi chargé ! Ecrire sur une tablette est tout a fait possible mais la vitesse de frappe est sans équivalence face à un clavier. Quoi que… Un clavier anglais où l’on cherche pendant des heures les accents devient un moyen d’écrire aussi lent qu’une tablette. Je pense que je vais rédiger tous les 2 jours, il faut aussi que je me repose, moi aussi je suis en vacances…

Mes premiers pas dans Québec ce matin du 8 août pour chercher mon petit déjeuner (petit déjeuner qui n est pas compris dans le prix de 30$, ah l’auberge de Jean à Montréal et ses 20$ avec le petit déjeuner…) me donne l’impression de marcher dans une ville du sud-ouest de la France. Je suis beaucoup moins dépaysé qu’à Montréal. La ville parait plus sage, peut être plus fermée, c’est aussi la seule ville fortifiée d Amérique du nord, ceci expliquant cela…

Le ventre plein et rebondi, je cherche une place de parking pour la voiture. La voiture, c’est quand même la galère dans les grandes villes canadiennes. La seule solution est un parking payant mais toutes les solutions sont bonnes plutôt que de payer 52$ d’amende voire même de se faire embarquer sa voiture en fourrière !

Sac au dos, me voilà prêt à partir à l’assaut de cette ville fortifiée. Après avoir demandé des explications précises à l’auberge de jeunesse, je pars à l’opposé et marche, sous un soleil de plomb, pendant une bonne heure en me fiant à mon sixième sens complètement faillible. Je trouve un joli pont fleuri qui, j’en suis sûr, doit me rapprocher de mon but ultime. À l’auberge, ils m’ont dit que ça devait monter, et là, ça a l’air de monter…

DSC02376

J’entame  l’ascension pour la vieille ville par un escalier métallique qui permet de gagner de précieux mètres. Je suis impressionné comment des semis remorques aussi gigantesques peuvent circuler dans cette vieille ville. D’ailleurs à propos de supers camions, je n’ai pas l’impression qu’ils aient un limitateur de vitesse comme en France, ce qui fait que sur l’autoroute, vous vous faites doubler à 110 km/h par des monstres d’acier qui en plus, parfois, dégagent des fumées noires dignes des premières locomotives partant à la conquête de l’ouest. Au vu de la pente des rues, je me demande comment se passe l’évacuation des eaux lors de pluies diluviennes…

DSC02382 DSC02379DSC02380

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous pouvez le constater, leurs poteaux téléphoniques sont en lévitation permanente ce qui leurs permet d’alléger leurs factures téléphoniques. Quant à leurs portes de garage, c’est à celui qui aura la plus kitsch !

 

DSC02385 DSC02386 DSC02384

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça, c’est une photo souvenir pour ma chérie car c’est là que j’ai ramassé un objet pour elle…

 

DSC02387
Ces immenses avenues où je vais peut etre voir apparaitre la reine d Angleterre, peut etre…

 

DSC02390

Le quartier St Jean, son petit cimetière St Matthew et sa bibliothèque juste à côté dans un édifice religieux puis sa porte pour entrer dans la vieille ville.

 

DSC02393 DSC02394 DSC02397

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J aime ces rues pleines de commerce, d’echoppes d’art où les caricaturistes rivalisent d’invention pour attirer le chaland

DSC02398 DSC02401

 

Le fameux château Frontenac sous un ciel que je n’avais pas vu si menaçant et où la vue sur le St Laurent est magnifique. Un funiculaire permet de rejoindre la ville basse directement.

DSC02404 DSC02406 DSC02408

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02409 DSC02410

Si vous avez l’occasion, allez visiter les vestiges souterrains de l’ancien château où des canadiens en costume d’époque vous expliquent la vie de ce temps révolu. Une des photos montre ce qui servait de glacière. En hiver, de la glace était rentrée puis recouverte par des pierres et de la paille ce qui permettait au gouverneur de servir des boissons fraîches en plein été aux émissaires du roi de France : succès garanti

DSC02415 DSC02414 DSC02412

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai enfin l’explication pourquoi les Canadiens se simplifient plus la vie que les Français. Ils ont résolu le problème des textes de lois trop nombreux et abscons en les ….refusant… A réfléchir !!!

 

DSC02375

Je devais amener 3 filles à Tadoussac mais elles n’ont pas réussi à trouver un hébergement. Dommage pour elles et pour moi : 45$ d’essence perdus. J’ai eu plus de chance qu’elles pour l’auberge de jeunesse, il restait juste 2 places ! Ça a été l’occasion pour moi de tester les cabines téléphoniques canadiennes. Imaginez une borne incendie bleue avec un combiné accroché dessus, au milieu du trottoir avec un camion poubelle qui passe en même temps. Génial pour comprendre les informations données par mon interlocuteur !
Mode d’emploi : mettre 20 cts dans la machine, composer vôtre numéro en n’oubliant pas de mettre le 1 devant le numéro qu’un gentil canadien vous a donné sans vous dire cette dernière consigne qui change tout, il suffira d’un 1, un matin, un matin tout tranquille… Et vous tombez sur la voix d’une opératrice (OK, enregistrée mais quand même) qui vous dit que, compte tenu du numéro composé, le prix à payer est de 4$ pour 1 mn 30 de conversation. P….de B…..de M…..j’avais rangé mon porte-monnaie dans ma sacoche elle-même rangée dans mon sac à dos. Je sors rapidement 2 fois 2$ mais la machine n’accepte pas des pièces supérieures à 1$ ! Heureusement j’en ai. J’ai le responsable de l’auberge qui me dit que c’est OK et….me demande mon numéro de carte bancaire ! Qui est tout au fond de ma sacoche qui elle-même….. Je fouille rapidement mon sac à dos pendant que les secondes s’égrènent (57, 56…) et que mon porte-monnaie mal calé sur sa bouche à incendie laisse tomber des pièces sur le trottoir. Je regarde les passants avec un grand sourire, pas de panique j’suis un gars de L’ADAPT. Ouf, sauvé, j’ai un point de chute à Tadoussac.
Je m’inscris sur amigoexpress.com, site le plus connu pour le covoiturage. Je mets mon numéro de téléphone français, ça va être simple pour communiquer ! Il faut vivre d’espoir et ainsi les événements se produisent.
Couché à 20h45, du jamais vu depuis longtemps. Le décalage horaire et mes différents excès des derniers jours ont eu raison de moi. Dans l’est canadien, il fait nuit dés 21h00 et en plus ce soir, il pleut des trombes d’eau. Je m’endors rapidement et les 7 jeunes rentrés dans la chambre pour dormir ne m’ont même pas réveillé.

5 Responses to “Réflexions canadiennes”

  1. Corinne dit :

    Hello le bourguignon
    Super agréable de lire ton carnet de bord ça me rappelle des souvenirs.
    En plein hiver au pied du château de Frontenac une piste de luge y est installée, sauf que les luges chez les québécois ressemblent plutôt à des traîneaux chez nous. Si tu as le temps, vas jusqu’aux chutes de montmorency.
    Étonnée que tu n’aimes pas la poutine moi j adore. Goûtes les queues de castors. Super bon.

    Ça arrive les chutes, ça arrive, je n’arrive plus à suivre moi ! Et puis aussi les baleines mais ça c’est top secret.
    Bonne journée le baroudeur.

  2. JMBi dit :

    Trop beau… Ça donne vraiment envie !
    Mais tu as raison Fred, vacances avant tout, profite à fond de ces moments privilégiés et garde ton âme de reporter, tip top soit dit en passant, pour tes instants perdus… Veinard !

    Merci pour les compliments !! Et à très bientôt pour de nouvelles aventures.

  3. Anelyse dit :

    Hi cousin, que du bonheur de t’accompagner dans ta découverte et si tu envisages une reconversion, le journalisme serait une belle solution.
    On pense fort à toi (jalousement!!!)
    Bisous

    Je vais réfléchir à ma reconversion… Merci et gros bisous à toi aussi.

  4. Sylvie dit :

    Bonjour Fred.

    Beau périple, ça fait envie (surtout quand on a repris le travail !).
    Je viens de vérifier, il te reste 5.5 RTT donc si tu veux prolonger ton voyage…
    Continue à nous faire rêver.
    Bises.

    Bonjour Sylvie, tu as raison, je vais prolonger de 5,5 mois….À très bientôt peut être… Bises

  5. Anelyse dit :

    Coucou mon grand cousin,
    Petite souris j’aurais aimé être pour assister aux retrouvailles d’un père et de son fils (fils plus aguerri que le père en cette terre inconnue… maître de son destin et fier de partager encore plus j’en suis sûre).
    Gros bisous de nous tous

    Merci ma cousine, je viens d’arriver dans son antre où 11 personnes cohabitent depuis 4 mois. Ça impressionne !! Gros bisous à tout le monde.

Leave a Reply

affichez les images pour voir l'antispam *