Le plus beau point de vue du Canada ?

Sandrine (la mienne, je vous dis de suivre…) avait raison, ce sont des paysages extraordinaires qui me surprennent à 6h30 quand je mets un œil dehors. Les baleines m’attendent à l’embarcadère pour 7h30. J’aide la seule personne debout à préparer le café et je prends un petit déjeuner consistant, je sais que sur l’eau, dans un zodiac, il vaut mieux avoir le ventre plutôt plein que vide. Je m’habille chaudement car, même si l’équipement est fourni (veste et pantalon de quart), nous sommes tôt le matin et la température de l’eau au large est d’environ 4 °C. Nous embarquons et le capitaine nous donne quelques consignes de sécurité : si vous êtes enceinte, que vous avez moins de 6 ans et que vous souffrez du dos, vous ne pouvez participer à la croisière. DSC02440 DSC02442DSC02444 Nous partons rapidement au large où nous ne tardons pas à croiser une compagnie de phoques en train de prendre, visiblement, un copieux petit déjeuner. Chacun regarde sur un horizon de 360 ° à la recherche d’une baleine. Soudain, le capitaine accélère et nous rapproche d’une baleine à bosse qui ondule sereinement entre deux eaux sans se soucier le moins du monde des plus de  vingt paparazzi qui l’assaillent. Cette baleine fait à peu près 12 m et pèse environ 20 tonnes, dixit le capitaine, l’équivalent de près de 20 000 kg de plumes ou 10 000 poulets fermiers (sans plume). On comprend mieux pourquoi les inuits la chassaient, elle devait permettre de nourrir tout un village…

L’horizon, petit à petit, se dégage. Une brume tenace persiste au loin et mélange la mer et le ciel dans des pastels bleutés. Je suis déçu ; dans mes rêves de grandeurs, j’imaginais des dizaines de baleines surgissant du néant et telle Moby Dick, sautaient par dessus nos frêles esquifs. Alors que là, il y a plus de zodiacs que de cétacés.
Soudain, à 3 – 4 m derrière le zodiac, juste derrière ma place, apparaît une autre baleine à bosse gigantesque. Je la regarde passer fasciné et mon âme d’enfant, tout à coup, ressurgit. J’ai envie d’avancer la main, de la toucher, je ris et j’applaudirai presque tellement c’est beau…
Ma baleine….
Le temps peut maintenant s’arrêter, j’ai enfin apprivoisé ma baleine ! Et comme si ça ne suffisait pas, le capitaine nous indique, au loin, une baleine bleue majestueuse. Il est très rare d’en apercevoir, aujourd’hui est mon jour de chance. Il nous faut maintenant repartir, je pense qu’il est préférable, pour 10$ de plus, de prendre le forfait 3 h au lieu de 2 h comme celui que j’ai pris. Les mains gelées mais le cœur chaud nous rentrons rapidement au ponton. Je donne ma carte de visite à un canadien avec qui j’ai sympathisé pour qu’il m’envoie quelques photos qu’il a fait avec son super appareil photo : j’espère qu’il tiendra parole…
J’arrive à l’auberge encore tout retourné et je profite de la cuisine et de la pâte déjà prête pour me faire une énorme crêpe à la confiture : merci les bénévoles de l’auberge !
Je m’offre un peu de répit dans les canapés et, vers 14h, je vais me prendre un expresso à la terrasse du bar pour organiser la suite de ma journée. Je vais poser un post-it pour indiquer que j’ai des places pour Chicoutimi et en repassant par l’accueil, je tombe nez à nez avec Orlando (souvenez vous, Québec…). Comment s’est passée votre nuit ? Ils ont réussi à camper mais m’ont cherché dans l’auberge pour m’emprunter mon duvet. Un duvet, vous dites vous, mais tu n’en avais point pris…Effectivement, je suis arrivé sans duvet au Canada mais avec un duvet à Québec. Quel est donc ce mystère qui vous tient tant en haleine ? Caroline avait encore frappé. Elle m’a laissé son duvet en partant de Québec en me disant qu’elle me le confiait mais qu’elle le récupérerait à Tadoussac. Sauf qu’à Tadoussac, point de Caroline mais Orlando et Sandrine qui n’avaient point de duvet mais qui ne m’ont point trouvé, point final ? Presque… Toujours en discussion avec Orlando, j’entends crier « Fred » derrière mon dos et les deux soeurs me tombent dessus et nous sommes tout content de nous retrouver. Le duvet a, enfin, retrouvé sa maman ! Caroline et Lucie me présentent leur copine Lauren ( qui n’est pas trop quiche d’après Caroline) et nous allons boire un coup pour fêter nos retrouvailles. Elles ont campé à 25km de Tadoussac car l’auberge ici était au complet.
Nous décidons d’aller nous balader vers le lac qui se trouve près de l’auberge. Pour accéder au lac, une personne de l’auberge nous dit qu’il faut aller en direction d’une petite maison au toit rouge, qu’il faut passer dessous et que c’est la route du lac… Bizarre, mais allons voir…
Effectivement, arrivé près de cette maison, un énorme tuyau circulaire métallique passe sous la route. Telle Alice au pays des merveilles, nous plongeons dans ce tunnel en chantant et criant pour faire raisonner nos voix dans une cacophonie digne de Patrick Fiori (ça c’est fait !). Dés la sortie, nous sommes en pleine forêt, c’est vraiment étonnant et difficilement imaginable quand on est à l’entrée du tunnel. Nous arpentons pas à pas la forêt afin de trouver un endroit pour profiter de ce lieu magnifique. Compte tenu de la chaleur, il y a beaucoup de monde, mais nous arrivons à trouver un coin avec un peu de sable. Les filles veulent se baigner mais je leurs dis qu’une personne de l’auberge m’a indiqué que le lac était plein de sangsues. Il en faut plus pour arrêter Caroline qui plonge rapidement et s’éloigne à la nage. Je n’ai pas mon maillot mais je me dis que mon caleçon fera bien l’affaire.

DSC02446 Je mets un certain temps à rentrer dans l eau qui doit être à 19 / 20°C, soit 15°  de plus que ce matin ! Je ne suis pas le dernier, Lucie arrive péniblement à rentrer après en avoir fait des tonnes !! DSC02450 Je m’allonge de tout mon long à fleur d’eau et contemple le magnifique paysage qui m’entoure. La forêt, l’eau, le soleil, et si c’était le bonheur, s’il n’y avait pas la suite de l’histoire, je m’endormirais… Tout à coup, Lucie nous interpelle de sa voix sybilline : DES SANGSUES ! Effectivement, j’ai plein de petites sangsues d’environ 5 mm qui s’accrochent à mes poils partout sur mes jambes. Et pour les filles, c’est pareil bien qu’elles aient nettement moins de poils que moi ! Le record revient à Caroline avec une sangsue sur le dessus de son pied d’au moins 2 m à moins que ce soit des cm… Nous abrégeons notre baignade et restons encore juste le temps de nous sécher un peu et de discuter avec une française installée à Tadoussac et qui nous dit qu’énormément de saisonniers qui travaillent à Tadoussac habitent sous la tente dans la forêt environnante, les loyers sur place étant trop excessifs. La douche est la bienvenue et je me presse un peu car je dois partir pour Chicoutimi et il est déjà 16H30. Je demande aux filles de faire de même car elles veulent boire un dernier verre avec moi. Je vais chercher mes affaires dans ma voiture garée un peu plus loin sans voir que les filles sont entrées dans une boutique de fringues !! Je me prépare, range mes affaires, programme le GPS et reviens à l’auberge. Des voix caractéristiques m’interpellent et je vois passer les 3 filles bras dessus, bras dessous qui ne partent que maintenant à la douche en me disant avec un sourire désarmant : , »on se dépêche, Fred !  » Après un petit expresso pour moi (tolérance zéro sur les routes au Canada) et des bières pour les filles, nous nous disons adieu…ou pas…dans des embrassades qui n’en finissent pas mais qui sont trop mignonnes. Nous avons vraiment passé des bons moments tous les trois. Tchao bella…

IMG_20140810_233451

Bon, c’est parti mon kiki pour 120 km. Des routes interminables avec le régulateur de vitesse bloqué à 90, mon périple continue à travers l’immense forêt canadienne. La route est un peu lassante et la fatigue me tombe un peu sur les épaules, en arrivant, au lit sans boire ni manger. Le GPS, pour une fois, m’amène juste devant l’auberge, bâtiment au toit rouge, récemment refait. téléchargement   Je vais faire mon petit tour d’inspection sans prendre mes affaires. Je ne vois pas grand monde, la soirée va être calme. Je rentre dans ce qui sert de cuisine et je dis bonjour à deux jeunes. Je leurs explique que je viens d’arriver et que je cherche où manger. Spontanément, ils me disent qu’ils ont fait, avec leurs parents une grosse salade et que je suis le bienvenu pour la partager. Trop fort l’hospitalité canadienne ! Ce n’est donc pas un vain mot, prenez en de la graine, maudits français ! Les parents arrivent peu après, je me présente, ils font de même et je suis très content de louer l’hospitalité…. bretonne car cette famille vient de Quimper !! Je paye ma tournée au bar qui se situe au sous-sol de l’auberge et nous nous racontons nos histoires de Canada, de voile (ils ont un voilier à Douarnenez) et de boulot (ils travaillent dans le médico-social). Leur fille est déjà au Canada depuis un mois car elle a un PVT (permis vacances travail). En France, elle est éducatrice spécialisée, comme ma fille bientôt. Je lui demande s’il existe des possibilités pour travailler à l’étranger. Elle me parle de service civique, peut être une idée à creuser ma fille ! Nous allons nous coucher vers 22h30, la nuit noire tombant vers 21h00 dans la province du Québec. Pour quelqu’un qui devait se coucher tôt, c’est un peu raté ! Il fait une chaleur lourde dans la chambre malgré le fonctionnement erratique d’un pauvre ventilateur. Demain, départ pour La Tuque en longeant le lac St Jean.

J’ai quelques soucis informatiques pour le transfert de photos. Je rajouterai d’autres photos dès que possible….

3 Responses to “Le plus beau point de vue du Canada ?”

  1. JMBi dit :

    Magnifique, magique, superbe !!!
    Sur ta photo du post précédent tu me paraissais bien fatigué effectivement… mais nul doute que tous ces merveilleux moments sauront te requinquer rapidement.
    Hâte que tu nous racontes tout ça de vive voix…

    P.S.: belle Chevrolet dis donc… par contre comment se fait-il que tu ais une plaque à l’avant Mer BOURDEIX ?

    Because I’m an American man in New York comme disait presque un certain Sting…

  2. CATHELOUX dit :

    Salut ! Beau périple…
    Si tu vois ma copine « béluga » qui me suivait dans le golfe du St Laurent en 1993, salue-la de ma part…
    A +

    Promis, Alain, je n y manquerai pas. A bientot…

  3. CATHELOUX dit :

    Ah, j’avais oublié… Tu la reconnaitras facilement : elle est blanche, le front très bombé, curieuse, joueuse et affectueuse…
    A +

Leave a Reply

affichez les images pour voir l'antispam *