Souviens toi Barbara, il pleuvait sur Ottawa…

7h30, samedi 16 août, déjà debout et douché. L’auberge était complète hier et les filles squattent un canapé au milieu du couloir du rez-de-jardin. Je passe doucement pour ne pas les réveiller et j’entends la voix de Caroline, comme sortie d’outre-tombe, qui me dit : attends, je viens déjeuner avec toi. Quelle faculté de récupération, quelle santé, c’est beau d’être jeune ! Elle me raconte brièvement leur nuit dans un bar punk de Montréal et m’avoue, à demi-mot que je n’ai rien raté… Lucie nous rejoint peu après et je comprends à sa tête que le Doliprane 1000 que j’ai acheté avant de partir sera le bienvenu. Je leurs dis que je suis tout content de rejoindre Nicolas demain, c’est la première fois que je suis si longtemps sans le voir. Après une dernière cigarette, et des derniers adieux, nous nous faisons des signes de la main tout le long de la rue Julien (et rappelez vous comme elle est longue…). IMG_20140816_150430IMG_20140816_150424   Juste avant de partir, Lucie me dit : au revoir tonton Fred. Trop mignonne ! Je sais bien que l’on n’a qu’une seule vie mais ménagez vous et prenez soin de vous les filles… Je fais 2 dernières photos d’une toute petite rue de Montréal avant de prendre la route pour Ottawa. IMG_20140815_164015IMG_20140815_164348 Je sors sans trop d’encombre de Montréal direction le musée canadien de l’histoire à Gatineau près d’Ottawa. Je vais directement me garer dans le parking situé sous le musée, au niveau stationnement, je ne cherche plus à comprendre. Niveau 2C, cette fois je me repère ! L’escalator m’amène directement dans le musée et là, c’est tout de suite l’éblouissement et l’émerveillement. IMG_20140816_180702IMG_20140816_182402       IMG_20140816_182409IMG_20140816_182417  Le ton est donné, je sens tout de suite que je suis dans un musée digne de ce nom.  La première exposition que je visite nous permet de découvrir les premiers peuples ayant habités les terres du nord-ouest il y a près de 10 000 ans. Les histoires de leurs origines furent sculptées sur les poteaux   qui soutenaient leurs maisons. Les masques pouvaient représenter aussi bien les mauvais esprits que les bons. IMG_20140817_034705IMG_20140816_182548     Je trouve ces masques de toute beauté, il donne envie d’en savoir plus sur ces ethnies à l’origine du peuplement du territoire nord américain. IMG_20140817_034623IMG_20140817_034756   Pendant 5 000 ans, les Tsimshians occupèrent la côte nord du pacifique au Canada. Ils ont laissé de nombreuses traces de leurs cultures.   IMG_20140817_040045 Ce que j’ai surtout ressenti en visitant ce musée, c’est l’attachement profond et indéfectible de ce peuple à la terre, à la nature et l’immense respect qu’ils avaient pour la faune et la flore environnante. Je ne tomberai pas dans les erreurs commises par nos grands penseurs du siècle dernier à considérer la société indienne comme idéale. N’oublions pas que le mythe du bon sauvage s’est constitué suite à la découverte de l’Amérique sous l’impulsion des philosophes des lumières dont JJR faisait parti (Jean-Jacques Rousseau comme dirait l’Émile). Rousseau ans Co considéraient que la nature faisait l’homme heureux et bon et que c’était la société qui le dépravait et le rendait misérable. Cette façon de voir les choses excluait, de facto, la possibilité qu’une société indienne existe. Cette exposition nous fait découvrir la complexité des différentes sociétés indiennes ainsi que la place des femmes à l’intérieure de celle-ci. Nous devrions nous en inspirer pour nous même, où l’avoir a remplacé l’être, où l’on croit exister par ce que l’on a et non plus par ce que l’on est. Je ne résiste pas à vous mettre cette citation d’un grand chef indien, excessivement d’actualité avec les dangers du réchauffement climatique. IMG_20140816_235219 Le peuple indien avait beaucoup d’humour et savait rire de lui-même lors des longues soirées d’hiver… IMG_20140819_224349 Et une petite dernière pour notre Jean-Marie national : IMG_20140816_235101 Je continue ma visite en m’extasiant sur tout ce que je découvre, et comment l’art indien est harmonieux et parle au coeur. J’arrive maintenant dans une partie où a été reconstitué un Ottawa des années 30 – 40 avec les différents commerces, les différents métiers dont l’école chère à ma Sandrine. IMG_20140816_194906IMG_20140816_195136 Et en exclusivité, une des premières machines à laver le linge… IMG_20140819_225948 Je poursuis mes découvertes par une exposition temporaire consacrait au naufrage de l’Empress of Ireland, un paquebot de luxe qui fit naufrage dans l’embouchure du St Laurent et dont le nombre des victimes fut presque aussi important que le Titanic qui lui fit naufrage deux ans avant. Cette catastrophe passa presque inaperçu aux yeux du monde car celui-ci allait rentrer dans un conflit mondial qui allait, malheureusement, faire près de 70 000 morts simplement dans l’armée canadienne… IMG_20140816_201156 À la sortie du musée, je m’arrête à la boutique de souvenirs et trouve un cadeau sympa…pour…. quelqu’un….
Je sors du musée avec des images plein la tête et sous un ciel pluvieux. Avant toute chose, direction mon auberge de jeunesse, j’aime savoir que j’aurai un lit pour dormir ce soir. J’arrive à l’auberge vers 15h30, il y a une place juste devant, avec bien sûr, un parcmètre pas loin. Incroyable, 25 cts les 5 mn, 3 $ de l’heure et l’appareil ne prend pas les pièces de 2 $, et le temps est limité à 1h30… Je vais poser mes affaires à l’auberge dans un dortoir de 12 lits et fais la connaissance d’un jeune anglais sympa qui ne parle …qu’anglais ! Bryan est son prénom, du moins je crois… Je m’aperçois que le parking est gratuit à partir de 17h30…Je vais m’acheter une part de pizza et la mange dans la voiture en attendant 16h00.
Il pleut maintenant des cordes et je prends mon super k-way pour la première fois au Canada. Me voilà parti explorer Ottawa. Avec ma capuche, j’ai l’impression de refaire le sketch de Dany Boon ! J’arrive devant le parlement où l’on me dit que la dernière visite vient de partir… Génial ! En partant, je me fais aborder par une gentille dame qui me demande, en anglais, comment était la visite. Je lui fais comprendre que c’était fermé et que je n’ai rien pu voir. Elle reconnait mon accent français, me dit qu’elle-même est russe et qu’elle a quelque chose à me donner. Elle me remet un papier vantant la parole du Christ, mais pas de miracle, il pleut toujours…
Je continue à sillonner les rues d’Ottawa malgré le froid humide qui commence à m’envahir. La pluie n’a pas arrêté de la journée… Mes premières impressions d’Ottawa, contrairement à ce qu’on m’en avait dit, sont plutôt positives : on reconnait tout de suite la grande influence de l’Angleterre victorienne et moi, j’aime bien cette influence. J’aime le style so british teinté de sérieux et de dérision, l’humour complètement décalé et absurde comme dans un poisson nommé Wanda. Certaines rues me rappellent même Camden à Londres, c’est vous dire si c’est bien… Tout rappelle l’Angleterre même et surtout l’humidité ! Je grelotte et je rentre dans un pub où une charmante bimbo canadienne m’accueille avec un sourire à se damner…et en plus, elle parle français ! Je craque littéralement et me fait….une poutine….je n’y crois pas, j’ai encore craqué alors que je n’arrête pas de dire que c’est dégueulasse ! Il fallait que je me réchauffe, il en dépendait de ma vie ! Et forcément, pour faire couler tout ça, il n’y a que la bière qui ne fait pas gonfler…les frites…
Il est à peine 19h00 mais la pluie tombe à seau (royal bien entendu). Seule solution, rentrer à l’auberge. Je m’installe confortablement dans de profonds canapés moelleux et commence la rédaction de mon blog. Je m’aperçois avec stupeur qu’il faut 4h30 pour aller demain à Toronto ! Et l’avion de Nicolas atterrit à 11h15 ! J’ai un peu merdouillé sur ce coup là, avec les arrêts, il faut que je parte maximum à 6h15 !
Je vais me coucher en mettant, là aussi pour la première fois, le réveil sur la tablette.
0h30, la douce et jolie voix avinée de Bryan réveille tout le dortoir au son de « Oh my God, oh my God ». Je me sens en train de devenir extrémiste et anticlérical. Il va bientôt regretter d’avoir brûlé cette pauvre Jeanne d’Arc… Et sa copine l’accompagne par des ricanements digne d’un dindon castré et décapité (oui, je sais c’est horrible mais il est presque 1h00 du matin !). Soudain je me retourne et, tel un grizzly dérangé en pleine hibernation, je beugle dans la chambrée le fameux mot de Cambronne. Un silence soudain mais réparateur permet à tout le monde de trouver le sommeil. Je pense que le réveil risque de sonner longtemps demain dès l’aube à l’heure où blanchit la campagne, je partirai car vois-tu je sais qu’il m’attend mon fiston d’amour….

IMG_20140816_235016

2 Responses to “Souviens toi Barbara, il pleuvait sur Ottawa…”

  1. Corinne dit :

    Salut le bourguignon
    Quelle tristesse que tu n aie pu visiter le parlement et sa sublime bibliothèque. Je te montrerai des photos et vidéos.
    J avais adore le musée des civilisations et la reconstitution de la ville
    Allez bon Winnipeg avec Nicolas.
    xxxxx

  2. sandrine dit :

    j’aime bien le masque du dieu knaki

    Et moi j’aime bien la déesse Sandrine…

Leave a Reply

affichez les images pour voir l'antispam *