Saint-Boniface, the french touch in Winnipeg

Vendredi 22 août. Le réveil est un peu difficile. La soirée arrosée a laissé quelques séquelles chez certains… Emmanuel, encore lui, a acheté plein de gâteaux de chez Tim Hortons, des bons gâteaux canadiens plein de graisses hydrogénées et de sucre concentré. Je prends deux pâtisseries pour goûter, histoire de ne pas mourir idiot et maigre…

Je pars avec Nicolas à la banque dans le quartier de Saint-Boniface pour qu’il encaisse ses chèques et qu’il puisse cloturer son compte en banque canadien. Il rentre à la maison et je profite d’être dans ce quartier français pour le visiter.

Je commence par la cathédrale St Boniface, deux fois détruites par un incendie, deux fois reconstruites.

DSC02605 DSC02607 DSC02612

Le feu est le symbole représentatif de cet édifice : 1860, premier incendie et destruction de cet imposant monument. 1968, 2 mois après notre joli mois de mai, un terrible incendie ne laisse debout que la façade qui apparaît sur la photo. Au lendemain du sinistre, Monseigneur Baudoux, archevêque de Saint Boniface, ne souhaite pas dépenser des sommes colossales pour la reconstruction de cet édifice alors que des millions de gens meurent de faim. A réfléchir par ces temps de vache maigre… La nouvelle cathédrale est donc celle qui apparaît sur la photo et qui ne ressemble pas vraiment à un monument religieux… en espérant que les pauvres ont eu à manger !

Juste à côté, l’ancien cimetière avec un panneau assez surprenant où je reconnais bien l’humour anglo-saxon : 100$ pour de magnifiques photos avec de jolies croix, trop classe ! Quand on dit que le mariage est un tue-l’amour !!!

DSC02609

 

Je continue ma ballade par le musée de Saint Boniface qui se trouve dans un ancien couvent.

DSC02613
L’édifice est exceptionnel. Il est le plus ancien bâtiment de la Ville de Winnipeg. Il est aussi la plus grande construction à charpente en rondin de chênes en Amérique du Nord. L’ancien couvent fut un orphelinat, une école, un foyer pour personnes âgées. Il devint le premier service hospitalier du futur hôpital de Saint-Boniface.

Ce musée est aussi à la gloire de Louis « David » Riel qui était un homme politique canadien, chef du peuple métis dans les Prairies canadiennes et fondateur de la province du Manitoba. Il a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement canadien dans le but de protéger les droits et la culture des Métis, alors que l’influence canadienne se faisait de plus en plus sentir dans les Territoires du Nord-Ouest. Ses prises de positions ont été controversées : pour certains, il était le porte-parole des doléances des métis, pour d’autres un dangereux activistes qui lui a valu d’être condamné à la pendaison. Avant sa mort, des prémices de délires mystiques entachèrent sa réputation. Beaucoup d’avenues et de rues dans le Canada francophone portent son nom.

DSC02615

Je poursuis mes flâneries solitaires, je marche seul, sans témoin, sans personne. Que mes pas qui résonnent, je marche seul, acteur et voyeur…La découverte d’un pays à pied est vraiment le moyen le plus lent pour se déplacer mais le plus rapide pour « sentir » l’atmosphère et l’ambiance d’une rue, d’un paysage ou découvrir les us et coutumes des autochtones.

Longtemps je me suis demandé qu’elle était cet étrange tube qui sortait des bouches à incendie. Servait-il à démultiplier la force pour ouvrir l’eau en cas d’incendie ou tout simplement, à repérer cette même bouche quand plus d’un mètre de neige était tombée ?

 

DSC02623

On me dit de suivre la rue principale pour arriver au centre du quartier. J’ai beaucoup de mal avec les « centres » des quartiers canadiens car ils n’existent pas vraiment ! D’ailleurs les deux photos ci-dessous vous montrent le centre du quartier St Boniface !

DSC02604DSC02621

 

Les agences de vente d’immobilier ressemblent étrangement à la France, n’est-il pas ??

DSC02620

 

Je trouve un restaurant français mais il est malheureusement fermé. Le dessin mural doit symbolisé la vie française telle que se l’imaginent les Canadiens…

DSC02622

En flânant, je tombe sur une exposition en plein air d’artistes locaux. J’aime le principe de l’art qui s’affiche gratuitement et à la vue de tous. La création devrait s’exposer de cette façon, visible aussi bien aux riches qu’aux pauvres…

DSC02627 DSC02626 DSC02625

Je trouve que ce loup en tôle peinte est bien représentatif de la peur qu’engendre cette bête depuis que l’homme est homme.

DSC02631 DSC02633

 

 

 

 

 

Je m’engage sur Provencher Bridge, le pont qui traverse la rivière rouge et relie le quartier St Boniface au reste de Winnipeg. Je prends en photo « Chez Sophie sur le pont », le restaurant où travaille Guillaume, un copain de Nicolas. Le restaurant est situé sur le pont donc inaccessible en voiture. Il parait que les travaux pour installer des sanitaires aux normes environnementales ont coûté presque autant que le restaurant en lui-même…

DSC02611 DSC02630

En exclusivité, vous avez devant vous le musée canadien des droits à la personne qui ouvrira ses portes en septembre 2014. Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) est le premier musée exclusivement consacré à l’évolution des droits de la personne, à leur avenir et à leur célébration. Son but est non seulement de créer un carrefour national voué à faire connaître les droits de la personne, mais aussi de contribuer à l’avènement d’un nouveau leadership en matière de droits de la personne, tant au Canada qu’à l’échelle planétaire.

DSC02634

Et oui, vous l’aviez deviné, j’ai enfin trouvé l’usine à Candy Crush ! Incroyable non ?

DSC02638

J’ai pris aussi une photo de la prise qui dépasse de l’avant de beaucoup de voitures à Winnipeg. Les Canadiens la branchent l’hiver sur le secteur pour pouvoir réchauffer le liquide de refroidissement et l’huile moteur pour éviter que tout soit figé lors du démarrage pendant les longues périodes glaciaires… Quoi, qu’entends-je, mais dit donc, Fred, il y a une plaque d’immatriculation sur l’avant de cette voiture ! Après une rapide recherche sur Internet, j’ai trouvé ceci mais je ne suis sur de rien…:
« Au Canada, l’Alberta, la Saskatchewan, l’ile du prince Édouard et la Nouvelle-Écosse ainsi que le Québec n’exigent qu’une seule plaque…  »

Je me fais une petite pause café dans un bar…japonais. Musique d’ambiance, personnel attentif, c’est un peu un havre de paix au milieu de la circulation urbaine intense à cette heure. Seul petit couac, la serveuse me tend une facturette de 7,50$ ! Je lui tends un billet de 10$ et elle me demande s’il faut qu’elle me ramène la monnaie. Je fais mon maudit français et fais mine de ne rien comprendre pour qu’elle me rende ma monnaie. J’en vois certains qui s’offensent de la malhonnéteté nippone. Que nenni braves gens. Au Canada, le service n’est pas compris dans le prix et il appartient au client de laisser une somme pour ce service. Le montant se situe entre 10 et 15% du prix mais cette brave et jolie japonaise me demandait allègrement plus de 30% de pourboire ! Je lui ai laissé, malgré tout, plus de 1,25$ en sus, soit plus de 15%. Il faut noter que 10% est assez mal vu et signifie souvent qu’on a été mécontent du service. Valentin, un colocataire avec Nicolas, ne travaille pas en cuisine mais en service. Pendant tout son séjour au Canada, il n’a pas utilisé la paye versée par son restaurant mais a entièrement vécu avec les pourboires donnés par les clients. Cuisinier est un beau métier mais serveur permet d’avoir d’autres avantages !

Je passe la soirée sans Nicolas, il est d’extra ce soir pour le repas d’un mariage. Encore couché de bonne heure le fiston ! Mais que font les parents ???

Dans presque deux jours, je foulerai le sol français après 3 semaines d’un périple qui m’a vraiment immergé dans cet immense pays qu’est la Canada. Je ferai un petit post sur tout ce que m’a apporté ce voyage.

Nicolas doit rendre la box Internet dans l’après-midi de samedi. Je ne sais donc pas trop quand je pourrai poster d’autres billets d’humeur…

SCOOP : il parait qu’un volcan est en train de se réveiller en Islande et que ce pays aurait fermé son espace aérien…La route vers l’Europe va-t-elle être bloquée ? Tenez nous au courant si vous avez des infos avant nous…

 

 

 

One Response to “Saint-Boniface, the french touch in Winnipeg”

  1. JMBi dit :

    Pfffiiouuuuu….. 2 jours sans lire mon blog préféré et que d’aventures, que d’émotion dans ces dernières journées.
    Même si très bientôt tu pourras nous raconter cela de vive voix, je voulais te redire combien j’avais apprécié ce partage, une bouffée lointaine d’air pur quasi-quotidienne, un vraiment moment de plaisir… et un narrateur au top de son art, récit, photos, vidéos, humour, émotion… TOI quoi !
    Ils ont parlé de ton volcan ce matin à la radio, rien d’alarmant pour l’instant, incident mineur qu’ils disent… mais qu’ils surveillent tout de même.
    Bonne fin de voyage à toi et bon retour…
    Encore un grand merci Fred.

    Un grand merci à toi aussi. Tes encouragements m’ont permis parfois de me forcer à écrire alors que je n’en avais pas forcément l’envie. À très bientôt sûrement !

Leave a Reply

affichez les images pour voir l'antispam *